Punta Arenas, au bout de la Patagonie

©sunsinger
punta-arenas-panorama

À l’extrême sud du Chili, sur un petit bout de Patagonie, une ville de 130 000 habitants appuie ses maisons colorées contre un bras du mythique Détroit de Magellan. Il s’agit de Punta Arenas, l’agglomération de plus de 100 000 habitants la plus septentrionale du monde. Et pour cause, son éloignement est réel. Non seulement 2200 kilomètres la séparent de la capitale Santiago, mais en plus elle se trouve quasiment enclavée, desservie par la route nationale 9 qui la relie au territoire argentin. Officiellement fondée le 18 décembre 1848, la ville fut surtout investie par une myriade cosmopolite de colons venus d’Europe. Ainsi, aujourd’hui, près de la moitié de sa population possède des ascendances croates ! Balayé par un climat le plus souvent difficile, l’endroit est un point de départ idéal pour de nombreuses activités qui se pratiquent aux alentours.

Focus sur Punta Arenas, capitale de la Patagonie chilienne

Voilà une ville assurément hors du commun ! Comme l’indique son nom espagnol, elle est sise sur une pointe (punta) sableuse (arenas), dans cette région de landes rocheuses du Détroit de Magellan. Lorsque le voyageur y arrive en avion depuis la capitale, il se demande à raison ce qui a poussé l’homme à élire domicile là. Terre de passage des navires avant l’ouverture du Canal de Panama, il y fleurissait des chantiers d’entretien et de réparation marine, qui ont depuis périclité. Pour les autorités chiliennes, maintenir une présence importante dans la région est une manière de fortifier la souveraineté du pays dans ce sud lointain et désolé.

#1 Zoom sur l’une des villes les plus septentrionales au monde

Avec sa voisine argentine d’Ushuaïa, Punta Arenas est l’autre grande ville de l’extrême sud patagon. C’est de ses faubourgs que s’en vont les grandes expéditions australes qui partent explorer l’Antarctique. Les habitants sont habitués aux conditions climatiques difficiles, avec des températures moyennes comprises entre 1 et 10 degrés Celsius toute l’année. Néanmoins, le climat y est relativement sec, avec seulement 376 millimètres de précipitations annuelles moyennes. Un vent gelé rend souvent l’atmosphère glaciale, particulièrement aux heures les plus rudes de l’hiver (juillet-août).

punta-arenas-point

©Ralf

#2 Punta Arenas, la clé du détroit de Magellan

Jusqu’à l’ouverture du Canal de Panama en 1914, les navires souhaitant naviguer du Pacifique vers l’Atlantique et inversement devaient se risquer dans les eaux du Détroit de Magellan. La capitale de la Patagonie chilienne sut s’imposer dès sa fondation comme un point de passage obligé, apportant aux équipages des possibilités de ravitaillement, de réparation et de repos sur cet itinéraire éprouvant. À la recherche de ce fameux passage qui permettrait de passer d’un océan à l’autre, ce fut le navigateur espagnol Fernando de Magellan qui le découvrit en 1520, permettant à son second, du nom de Juan Sebastián Elcano, de boucler le premier tour du monde de l’histoire.

magellan-memorial-punta-arenas

©Mark

#3 Explorer les curiosités de la ville

Punta Arenas en elle-même est une ville relativement récente. La Plaza de Armas et ses élégants édifices de la fin du XIXe siècle constituent le cœur de cette cité qui sut s’enrichir de la pêche et de l’élevage des moutons. Ainsi quelques façades ne manquent pas d’attirer l’œil du visiteur, comme celle de l’imposant Palais Sara Braun, du nom de l’épouse d’un riche négociant qui fit fortune dans l’élevage de moutons, ou encore celle de la résidence Blanchard, du nom d’un Français de la ville de Valparaíso qui fonda également sa richesse dans cette localité. Sur une petite hauteur qui domine la ville, un mirador permet d’avoir une belle vue panoramique sur les rues de la capitale du sud chilien, et ses maisons dont l’architecture rappelle parfois l’ascendance croate de leurs propriétaires.

punta-arenas-monument

©Alex

#4 Goûter les charmes de la Patagonie depuis Punta Arenas

La ville constitue avant tout un point de départ pour de nombreuses excursions à faire dans la région. Ainsi, aller voir les pingouins de la réserve du parc national de la Isla Magdalena est l’une des activités principales à effectuer à proximité immédiate. En s’éloignant plus dans les immensités de la Patagonie, les parcs naturels Karukinka et Alberto de Agostini dévoilent des décors de montagnes enneigées et de glaciers de bout du monde. Enfin, passer une nuit dans les villages isolés de Puerto Williams ou de Porvenir constitue une expérience unique en son genre, très loin de l’agitation du monde.

manchot-de-magellan

©b201735

Quelques idées de voyages


Découvrez tous nos programmes