Découvrir l’île de Pâques

©hecke71
volcan-cratere-rano-kau

À l’échelle du globe, l’île de Pâques n’est qu’un caillou perdu en plein océan Pacifique. Territoire de forme triangulaire de 164 km² (24 kilomètres dans sa longueur maximale), l’île, distante de 3500 kilomètres du continent chilien, se trouve être un des territoires les plus isolés de toute vie humaine au monde. Les voyageurs y accèdent en avion depuis Santiago, pour un vol de plus de 5 heures au-dessus des eaux. Ce n’est pas un hasard si ce bout de Polynésie est apprécié par les personnes qui viennent le découvrir : on y respire une atmosphère différente de tout ce qui existe ailleurs.

L’île de Pâques, un voyage dans le voyage

Du fait de son éloignement du continent, visiter l’île de Pâques constitue une activité à part, entre toutes les possibilités offertes par le Chili. Là, le voyageur se retrouve en plein Pacifique, plus proche de Tahiti que de l’Amérique du Sud. Le peuple originel rapa nui appartient au groupe polynésien, avec un socle culturel complètement différent de celui du pays de Pablo Neruda. Entre volcans éteints, statues monumentales et plages, l’ile de Pâques offre une parenthèse de rêve au cours d’un voyage. En voici les caractéristiques les plus saillantes à retenir.

moai-ile-paques

©abriendomundo

La tumultueuse histoire de l’île de Pâques

Avant l’arrivée des Européens au XVIe siècle, l’île était habitée par le peuple austronésien matamua. Le jour de Pâques 1722, le capitaine hollandais Jakob Roggeveen accoste sur l’île et lui donne le nom qu’on lui connaît aujourd’hui. Au XIXe siècle, des esclavagistes péruviens déportèrent une grande partie de la population vers le continent. L’île fut annexée par le Chili en 1888, qui parqua la population non-européenne dans une localité réduite. Ce n’est qu’en 1966 que les Pascuans obtiennent la nationalité chilienne et la liberté de circuler partout dans l’île.

Les Rapanui, descendants du peuple originel de l’île de Pâques

De nos jours, l’île de Pâques compte 6500 habitants, dont environ la moitié de Rapanui polynésiens. Originaires des îles Marquises, ils font partie du groupe austronésien. Ce furent les Matamua qui colonisèrent l’île, probablement au début du XIIIe siècle, y installant une société hiérarchisée de clans. L’arrivée des esclavagistes sud-américains en 1862 faillit causer leur extermination. Certains furent rapatriés, tandis que d’autres Polynésiens furent amenés par des colons français, formant le peuple polynésien connu aujourd’hui sous le nom de rapanui.

volcan-ile-de-paques

©thomaslusth

Les statues moaïs, héritage des Matamua

Les statues appelées moaïs ont fait la renommée de l’île de Pâques. Géants de pierre dressés en rangées linéaires, leur édification est estimée entre le XIIIe et le XVe siècle. À l’arrivée des Européens, le culte ayant motivé leur érection avait cessé, et beaucoup des statues étaient à terre. D’emblée, elles ont suscité une grande curiosité parmi la communauté scientifique. Beaucoup de mystères demeurent autour des moaïs. On ignore par exemple comment les Matamua ont pu dresser ces mastodontes qui pèsent parfois jusqu’à 80 tonnes. Un mystère qui fascine les voyageurs et les incite à se rendre sur l’île de Pâques.

ile-paques-statue

©daboost

Quelques idées de voyages


Découvrez tous nos programmes